Résumé du projet BioWild

Influence de l´équilibre forêt-ongulés sur la biodiversité des forêts gérées –  Brève description des objectifs du Projet BioWild

 

Afin d’obtenir un débat plus objectif et mieux basé sur des faits portant sur la question de l’équilibre entre la régénération forestière, la biodiversité et la densité des ongulés, le projet BioWild a été mis en place en tant que coopération de recherche multidisciplinaire entre les Universités de Dresde, de Göttingen et de Munich ainsi que l´association ProSilva Allemagne (Arbeitsgemeinschaft Naturgemäße Waldwirtschaft) qui en est le coordinateur principal. Le projet est soutenu par de nombreux partenaires tels que les gestionnaires forestiers, les agences de protection de la nature et de l´environnement, les chasseurs, les propriétaires forestiers, les scientifiques et les industriels de la filière forêt-bois.

 

La durée du projet s’étend du 15 septembre 2015 au 31 août 2021. Son budget global sur ces six ans s’élève à environ 2,47 millions d´Euros, dont 1,89 millions d´Euros financés via le Plan national allemand pour la protection de la biodiversité avec les fonds de l´Agence nationale de la protection de la nature (BfN) à travers les ressources du Ministère fédéral de l´environnement (BMUB). La somme restante de 0,58 millions d´Euros a été financée par les quatre partenaires du projet.

 

Étant donné qu´il y a très peu de données scientifiques disponibles pour décrire la flore forestière placée sous l´influence d’une densité d’ongulés donnée, le Projet BioWild souhaite évaluer pendant six ans l´équilibre entre la régénération naturelle forestière et l´influence des gros gibiers, tout en prenant en compte les caractéristiques des différentes régions représentatives en Allemagne. Les prises de données de la flore herbacée et des ligneux forestiers réguliers permettront aux chercheurs d’aboutir à des conclusions objectives relatives à l’équilibre entre la végétation forestière et la population d’ongulés mais aussi aux partenaires du projet de développer des concepts généraux pouvant permettre de traiter et de solutionner la problématique de la gestion forestière avec celle des ongulés. Des principes de base seront formulés en tant que supports de décisions des gestionnaires et de la politique.

 

Afin de trouver les moyens de pérenniser des forêts mélangées, stables et résilientes tout en assurant la qualité des services d’écosystème qui en résultent, de nouvelles stratégies seront testées dans les cinq régions pilotes allemandes pour créer et maintenir la balance entre la végétation naturelle forestière et les ongulés.

 

Pour créer de la variance dans les jeux de données, les cinq régions BioWild – couvrant environ 25.000 ha de forêts – se trouvent dans les Länder de Bade-Wurtemberg, de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, de la Sarre, de la Saxe-Anhalt et de Thuringe. Ces cinq régions contiennent des forêts tant domaniales que communales et privées, tandis que la chasse est assurée soit par le propriétaire soit par des chasseurs externes qui prennent les terrains en bail. Sur la base de ce gradient très diversifié de coutumes de chasse, de topographie, d´altitude, de fertilité du sol forestier etc., les partenaires du projet espèrent trouver des résultats représentatifs pour la plupart des forêts en Allemagne – tout en mettant en évidence le lien entre les paramètres de biodiversité et l´intensité de l´abroutissement.

 

Tous les partenaires du projet s’accordent sur le fait que les propriétaires de forêt – qui sont en même temps teneurs du droit de chasse sur leur sol – et les chasseurs en leur fonction de preneurs de bail devront travailler étroitement ensemble pour atteindre l’objectif sylvicole établi. Cela veut dire plus particulièrement qu´il faut que les deux parties communiquent pour trouver une solution mutuellement acceptable. Afin de faciliter la communication entre tous les acteurs, les activités de chasse effectuées au niveau des sites du projet s’accompagneront d’un processus de communication intensive.

 

La loi de chasse – qui est basée sur la loi locale en vigueur dans les cinq Länder impliquées – a été modifiée au profit des objectifs du projet, permettant une synchronisation de la période de chasse pour tous les gibiers. Ce qui améliorera la situation légale de tous les chasseurs et des propriétaires forestiers qui souhaitent réduire les populations excessives de gros gibiers dans l’écosystème forestier. Que ces nouveaux règlements de chasse soient effectivement – ou non – mises en place et comment la stratégie de chasse (chasse individuelle, chasse battue etc.) est exercée demeurent l’unique responsabilité de chacun des chasseurs ; toutefois, dans la limite de l’expertise de la biologie de la faune sauvage ainsi que celle de la protection des animaux. Pendant la période de couvaison ainsi qu’en fin d´hiver, toutes les activités de chasse sont interdites par ces nouveaux règlements.

 

Les résultats de cette recherche pourront contribuer à un accroissement de la prise de conscience au niveau de la population nationale (et espérons aussi à celui de la population transfrontalière), plus particulièrement auprès des propriétaires forestiers étant donné que des forêts diverses et riches en espèces contribueront essentiellement au maintien de la biodiversité, à la trame verte, à la protection du climat ainsi qu’à la prestation continue de services environnementaux. Des écosystèmes robustes et diverses fourniront aussi une rémunération continue et stable au propriétaire forestier tout en réduisant son risque de perte financière.

 

Sur la base des observations du projet, les parties prenantes du Projet BioWild vont démontrer au public, et plus particulièrement aux propriétaires forestiers participants, quels effets (écologiques et économiques) immédiats et de long terme leurs décisions ont eu sur la sylviculture ou sur la chasse. Dans cette perspective, les résultats du projet serviront de sites de démonstration facilement compréhensibles dans les régions pilotes. Ils serviront d’objets d’excursion et d’organisation de journées spécifiques pour les gestionnaires forestiers, les chasseurs, les experts cynégétiques ainsi que pour un public plus large. Ces sites de démonstration sont aussi d’une grande importance dans un contexte européen plus large vu que de nombreux pays sont actuellement en train de réviser leur politique de chasse et celle de la faune sauvage pour limiter notamment la pression des ongulés sur les écosystèmes forestiers. Le Projet BioWild avec ses sites de démonstration serviront ainsi de points de référence.

 

Schneider_vonderGoltz_2017_foret-nature143_01Forêt.Nature n° 143, Avril-Mai-Juin 2017

 

 

Schneider_etal_Laforetprivee_355_Mai-Juin2017_01La forêt privée n° 355, Mai-Juin 2017

 

laforetprvee_nr_351_2016La forêt privée n° 351, Septembre-Octobre 2016

 

Pour plus d´informations, merci de contacter :

min_stefanM. Stefan SCHNEIDER, Coordinateur du projet

ANW Deutschland e.V.

Projektbüro BioWild

Wormbacher Str. 1

57392 Schmallenberg

Allemagne

Tél. :+ 49 29 72 / 98 49 379

Email : waldwild@anw-deutschland.de



Top
Logo Header Menu